Bivouac à la Jonction

Après une nuit mouvementée aux lacs des Chéserys, bivouac à la Jonction

après une nuit agitée, direction le centre ville de Chamonix pour manger un bout chez Moo puis comme nous ne l’avions pas prévu, direction la jonction. Il est déjà tard et pour arriver au sommet avant le coucher du soleil il va falloir faire vite. 

La Jonction, lieu emblématique!

La Jonction est un lieu emblématique de la région de Chamonix car c’est ici qu’ont bivouaqués le 7 août 1786, Jacques Balmat et Michel Gabriel Paccard avant, le 8 août d’êtres les premiers à atteindre le sommet du Mont Blanc et ainsi ouvrir la voie vers la pratique de la haute montagne.

Vous pouvez voir leur statue au coeur de Chamonix pointant du doigt le sommet du Mont Blanc. Le lieu de bivouac, dans une cavité sous un rocher est encore présent et une plaque commémorative y est accrochée.

Une rando qui se mérite

Cette rando se mérite avec ses 1400 mètres de dénivelé positifs, et franchement, après la nuit passée aux Chéserys, nous avons été gâtés!! Tout était parfait!! Grand ciel bleu et soleil tout au long de la montée, des vues extraordinaires et nous sommes arrivés au sommet juste à temps pour le coucher de soleil! C’est impressionnant de se retrouver au pied de ce glacier monumental! Je le conseil à tout le monde!

Des visiteurs nocturnes

Nous arrivons juste à temps pour le coucher du soleil, je ne prends pas le temps de me changer ni d’installer le camp. À la place, je sors le drone et prends des photos avec mon appareil photo. Il faut faire vite avant que les couleurs et la luminosité ne disparaissent.

Une fois l’heure dorée passée, je prends le temps d’installer le campement. Un spot de bivouac est déjà créé avec un muret circulaire fait de pierres pour couper le vent. Ce soir nous dormirons sans tente. Heureusement nous sommes bien équipés. Marcio a emprunté un duvet -50°C à un ami de Chamonix tandis que j’ai mon fidèle duvet -20°C et nous avons tous les deux des matelas gonflables isolant du froid du sol.

La nuit tombe et les étoiles sortent. Nous nous endormiront sous un ciel étoilé et chargé d’étoiles filantes. C’est vers 2h du matin que je me réveillerai avec le museau d’un renard à 20 cm de mon visage. Il cherchait de la nourriture dans mon sac. Je le fait partir difficilement car il n’était pas très peureux. Une heure plus tard je me réveillerai à nouveau lorsqu’un jeune renard tentait de se faire une place entre nos deux duvets. Celui-ci était encore moins peureux que le premier.  Une superbe experience.

Si vous avez des remarques ou questions, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous!


Bivouac aux Lacs des Chéserys

Les Lacs des Chéserys offrent une vue magnifique…

…Enfin lorsque le ciel est dégagé car ce n’était pas le cas lorsque nous y sommes allés avec Marcio, un ami d’enfance que je connais depuis l’école maternelle. Étant de passage sur Annecy, et ayant un ami vivant à Chamonix, nous avons décidé d’aller y bivouaquer. La météo était censée être au grand beau…. mais ce n’est pas exactement ce qui s’est passé… Direction les Lacs des Chéserys 

La vallée de Chamonix

Mondialement connue, elle offre tellement de possibilités d’activités juste en franchissant le pas de la porte tels que randonnée, vélo, escalade, alpinisme, parapente, base jump et j’en passe. C’est surement pour cette raison et pour la présence du Mont Blanc qu’elle est si réputée. Particulièrement appréciée des Anglos-Saxons et des Suédois, il est plus facile d’y trouver un job si vous savez parler anglais plutôt que français. Par contre, quoi que vous y fassiez, préparez- vous à gravir du dénivelé positif!! Tout y est vertical.

Nous avons donc deux nuits sur place et pas question de dormir à l’intérieur. La première nuit se fera donc aux lacs des Chéserys. Depuis le temps que je voulais faire des photos de la réflection des aiguilles dans le lac. J’ai hâte d’y être!! Bon, pas plus de suspens… autant dire qu’il faudra y retourner un autre jour car vu les nuages présents, pas de réflection sur le lac principal ni aucune photo de nuit. J’arrive Tout de même à m’en sortir à peu prêt. La rando est assez facile. Il y a quelques passages un peu vertigineux lorsque l’on croise d’autres personnes mais rien de bien méchant si l’on a pas le vertige. Dénivelé positif: 949mètres et 11km aller / retour depuis le parking de Tré-le-champ-le-haut. On en a profité pour aller jusqu’au Lac blanc le lendemain matin après une nuit en pleine tempête avec un réveil par le PGHM à 3h du matin.

Bivouac en pleine tempête et réveil par le PGHM à 3h du matin.

Nous installons donc la tente après une montée sans encombre jusqu’aux lacs. Le vent se lève, le ciel se couvre, je fais quelques photos puis, n’y voyant plus rien, nous nous couchons. Le sommeil est léger à cause du vent qui souffle et de la pluie qui bât la tente.

Alors que j’avais enfin réussi à entrer dans un sommeil profond, un bruit assourdissant me reveille tandis qu’un projecteur éclaire la tente. Je met un certain temps à comprendre de quoi il s’agit, j’ouvre la tente et aperçois l’hélicoptère du PGHM qui nous survole à très basse altitude et continue sa montée à travers la tempête et le brouillard vers le refuge du lac blanc.

Au réveil, tout est gris, nous sommes dans les nuages, tout est mouillé, pas de visibilité, pas de photos. Ça sera pour la prochaine fois. Nous rangeons tout, et décidons d’aller voir le lac blanc avant de redescendre d’ou nous étions venus.

En nous arrêtant au refuge du lac blanc pour prendre un café, nous apprenons que le PGHM est venu chercher un touriste américain qui présentait les signes d’un accident cardio vasculaire. C’était le dernier weekend avant la fermeture hivernale et après une saison sans accorcs, le médecin à préféré être prudent et envoyer un hélicoptère malgré les conditions météos.

Retour dans la vallée et sans s’y attendre…

…Nous voila, après un bon repas à Moo, en direction de la jonction avec un départ tardif et pour objectif d’atteindre le  sommet avant la nuit! Mais ça c’est pour un autre article!

Si vous avez des remarques ou questions, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous!


Bivouac au Trou de la Mouche

Connaissez-vous le Trou de la Mouche?

La première fois que j’ai vu une photo du Trou de la Mouche c’était sur Facebook. Je me suis empréssé de me renseigner sur cet endroit. La bonne nouvelle, c’est juste à côté de la maison! Moins d’une heure de route depuis Annecy. Il faut passer la Clusaz, monter en direction des Confins et aller jusqu’au tout dernier parking. De là commence la rando. C’est une rando assez facile avec 988 m de dénivelé positif et aucune difficulté particulière. 

La chaîne des Aravis

Elle est située dans les Préalpes et se trouve à cheval entre la Savoie et la Haute-Savoie. Très minérale, elle est constituée principalement de Calcaire et ses dérivés. Son sommet le plus haut est la pointe percée culminant à 2750 mètres. C’est un endroit de nidification pour l’Aigle Royal et le Gypaète Barbu. Nous avons vu 3 oiseaux assez grands planer en cercles lors de notre montée, il me semble que c’était des Aigles mais n’en suis pas sûr.

La montée vers le Trou de la Mouche

La montée commence d’abord doucement puis s’intensifie petit à petit jusqu’á un petit replat de quelques centaines de mètres avant d’attaquer la dernière portion. Cette dernière portion est plus verticale et plus minérale. Nous l’avons atteint en même temps que nous avons atteint les nuages et le paysage prends alors des airs d’Ecosse. Cette dernière partie pourrait impressionner certaines personnes sujettes au vertige mais rien de trop impressionnant non plus. On aperçoit le trou qu’au tout dernier moment en commençant du côté de la combe du grand crêt tandis que de l’autre côté elle sera visible très tôt.

Le bivouac, une nuit fraîche et venteuse

Le trou de la mouche n’est pas énorme et il est difficile de trouver une place confortable pour s’y installer pour la nuit. Surtout à 5! J’ai dormi à la belle étoile, tout comme Josselin, pour qui c’est la première rando et le premier bivouac. Un bon début donc!! Vivien, Adeline et Rémi ont dormi en tente. Ils ont réussi à se trouver un endroit à peu prêt plat pour y faire rentrer la tente. Le soir, nous étions dans les nuages et le vent était assez fort par moments.

Nous avons commencé à entendre au loin des détonations régulières qui nous ont intriguées jusqu’a ce qu’on réalise qu’il s’agissait des feux d’artifices du 15 août. Vers 2h du matin, j’ouvre un oeil pour découvrir un ciel étoilé sans un nuage. Il est l’heure de se lever pour faire quelques photos! Les nuages n’ont pas tardé à réapparaître mais j’ai eu le temps de faire une belle photo!

La nuit était fraiche, je dirais que le thermomètre a frôlé les zéros degrés ressentis. Le réveil s’est fait au son des cloches du troupeau de moutons qui est passé à travers le trou vers 5h pour profiter de la chaleur du lever de soleil sur l’autre versant. J’en ai profité pour me lever également et faire des photos des magnifiques couleurs du lever de soleil au dessus du Mont Blanc!!

Un panorama exceptionel!

Le trou de la Mouche offre un panorama exceptionnel. D’un côté sur le Mont Blanc et toute les chaines de montagnes alentours et de l’autre côté sur la Tournette et toute la vallée de la Clusaz et du Grand Bornand. Le lever du soleil sur le Mont Blanc m’a donné l’occasion de faire un timelapse de la mer de nuages en contrebas que je posterai plus tard. La re-descente se fait bien, elle est assez longue et moins raide que la montée.

Si vous avez des remarques ou questions, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous!


Sixt-Fer-à-Cheval, un trek de 4 jours, ça vous dit?

4 jours de trek à Sixt-Fer-à-Cheval avec The French Outdoors

Lorsque le collectif The French Outdoors organise un instameet à Sixt-Fer-à-Cheval, les places partent comme des petits pains! Heureusement, je suis tombé complètement par hasard sur un de leur poste Instagram disant que 5 places supplémentaires étaient disponibles. Je postule, et reçois un mail de confirmation assez rapidement. Je ferai parti de l’aventure!! 

Le topo, 4 jour de trek au coeur du domaine de Sixt-Fer-à-Cheval

l’instameet se déroulera sur 4 jours, un long weekend du mois de mai. Chaque nuit se fera en bivouac, et chaque jour comportera son lot de kilomètres à parcourir avec un total de 32km parcourus sur 4 jours et un D+ d’environ 2100m. Totalement faisable donc.

Nous étions 40, oui vous avez bien lu, 40 personnes et à priori ça aurait été beaucoup trop mais au final ça passe super bien!! Tant dans la partie rando que la partie bivouac etc…

Des paysages divers et variés avec l’eau comme dénominateur commun

Sixt-Fer-à-Cheval est le paradis pour les photographes qui aiment photographier en pause longue les cascades! Il y a littéralement de l’eau dans chaque recoins !! Vous imaginez donc bien que je ne me suis pas privé d’utiliser mes filtres ND (Densité Neutre) pour créer de beaux filés d’eau sur mes photos!

Jour 1, le bout du monde

Commençons par le commencement! Le rendez-vous est donné au camping du Pelly juste à l’entrée du cirque de Sixt-Fer-à-Cheval. Nous y sommes accueillis par l’équipe de The French Outdoors, de l’office de Tourisme de Sixt-Fer-à-Cheval et Morillon. Au programme, des petits cadeaux, un buffet apéro, suivi d’un barbecue. La première demie journée commence bien, il est 15h, nous sommes repus et il nous reste la randonnée à commencer. Au programme, marcher jusqu’au bout du monde puis faire le tour du cirque. Ca sera la plus petite journée mais la montée est physique!! 300 mètres de dénivelé positif à monter presque instantanément. Je suis le seul à avoir prix mon sac à dos pour avoir mon trépied et de l’eau à dispo. Ce n’était pas la meilleure des idées… j’en ai transpiré pour rester poli. Ça sera la première fois que je vois un Bouquetin en vrai!! Je n’avais apparent toujours vu que des chamois. En général c’est l’inverse, les bouquetins étant beaucoup plus répandus et beaucoup moins peureux.

Après le tour du cirque nous sommes revenus au bout du monde ou nous avons monté le camp puis diné tous ensemble. Un super moment!! Une rivière passait proche du camp je n’ai pas pu m’empêcher de m’y baigner pour rincer la sueur.

Jour 2, Cascade du Rouget puis refuge des fonts

Réveil aux premiers rayons du soleil, on replie la tente encore mouillée par la rosée, on prends un petit déjeuner rapide puis retour au parking du camping de Pelly. On monte en voiture puis on se dirige vers Salvagny ou nous pourrons garer les véhicules au parking de la Fontaine. D’ici, nous partirons en direction de la cascade du Rouget, impressionnante de par sa taille et son débit!! Ça a été difficile de prendre des pauses longues sans gouttes  sur l’objectif.

À partir de là, deux itinéraires possibles: par dessus la cascade du Rouget par des chemins de randonnée en suivant à peu prêt la rivière ou alors par la route, chemin plus facile et plus direct. J’adore l’eau, je suivrais donc la rivière histoire de pouvoir faire quelques photos en chemin.

Petite pause picnic à l’ombre, puis la marche continue en direction du refuge des fonts à proximité duquel nous bivouaquerons. Ça monte dur mais à l’arrivée une petite bière nous rafraîchira! Installation du camp, nous avons pas mal de tentes MSR présentes sur le groupe. Une fois bien installés, direction un torrent a quelques centaines de metres plus loin pour se rincer de la transpiration puis nous improviserons quelques positions de yoga dans une pente. Enfin, place aux shamalows fondus autour du feu avant le diner puis nous iront tous nous coucher assez tôt. Le lendemain nous irons en direction du refuge de Grenairon…

Jour 3, Refuge de Grenairon avec vue sur le Mt Blanc.

Je me reveille après une bonne nuit de sommeil et découvre que quelques personnes on déjà levé le camp. Quelques-uns d’entre-nous auront droit au café offert par la famille en charge du refuge des fonts puis c’est partie pour redescendre tout ce que nous avions monté la veille. À la dernière bifurcation, nous étions venus de la gauche mais cette fois-ci nous prenons à droite et remontons vers le refuge de Grenairon. La montée peut recommencer. Nous finissons en atteignant des parties enneigées puis enfin le refuge se fait apercevoir! Après environ 1000 metres de dénivelé positif, ça fait plaisir!

Premier objectif, trouver un spot pour poser la tente… Et j’ai trouvé une perle! Il n’y a quasiment pas de place mais ça passe avec le vide de chaque côté!

Tente installée, duvet déplié pour qu’il se charge d’air avant la nuit, il ne reste plus qu’a photographier, la vue est folle, et diner.

J’avais des rations mais face à l’option d’une raclette devant au Mont Blanc, elles n’ont pas fait le poids.

Une super soirée!!

Jour 4 Redescente à Sixt-Fer-à-Cheval

Le lendemain, on replie le camp et c’est parti pour la dernière descente du weekend jusqu’à l’abbaye de Sixt-Fer-à-Cheval pour un buffet d’adieu.

Ce weekend aura été un succès!! Grâce à l’organisation du collectif The French Outdoors et de l’office de tourisme de Sixt-Fer-à-Cheval et Morillon.

Le domaine de Sixt-Fer-à-Cheval est exceptionnel et si vous en avez l’occasion, je vous recommande fortement d’aller y faire un tour de plusieurs jours pour explorer tout ce que ces vallées ont à offrir.


La Tournette, 2351 mètres de pur bonheur!

La Tournette est un must do autour d’Annecy!

Lorsque plusieurs amis et amis d’amis viennent visiter Annecy, quoi de mieux qu’un bivouac au chalet de l’Aulp suivi d’une petite rando au sommet de la Tournette à 2351 mètres ? Depuis que j’habite à Annecy je n’ai pas encore eu la chance d’y monter, c’est donc l’occasion parfaite!! Ma seule peur est liée à mon coude droit encore bien fragile et qui rend mon bras droit inutilisable pour escalader… nous verrons bien.

Un bivouac au chalet de l’Aulp

Nous arrivons lundi soir au Chalet de l’Aulp en voiture. Le chemin pour y accéder est un peu escarpé mais accessible à tout type de voiture en y allant doucement. Nous repérons les lieux, une tente est déja installée sur le terrain en avant du chalet. Deux randonneurs qui monteront comme nous la Tournette le lendemain. Nous installons nos tentes, et préparons une fondue. Le coucher du soleil est parfait! La lumière est plutôt bonne, jugez-en par vous même 🙂

Sunset Aulp bivouac tente MSR
Sunset Aulp bivouac tente MSR

L’équipe

Melody cherchait un refuge où passer la nuit de lundi soir avec ses amies de passage à Annecy et a demandé conseil sur notre groupe Whatsapp dédié à la slackline.  Etant donné qu’une amie serait également présente à Annecy pour la semaine, j’ai proposé de les rejoindre. Nous étions donc 7, Melody, Armel, Léa, Léa, Sarah, Alice et moi. L’aventure peut donc commencer!

Sunset Aulp bivouac
Sunset Aulp bivouac

Un coucher de soleil à couper le souffle!!

Sunset Aulp bivouac
Sunset Aulp bivouac

La nuit fût claire et la lune pleine!

Mes 3 meilleurs moments de la journée pour faire des photos sont au coucher du soleil, en pleine nuit vers 2h ou 3h du matin, puis au lever du soleil. Autant vous dire qu’en été je dors peu en bivouac. Avec une nuit comme celle-ci, on  peut obtenir de beaux paysages biens éclairés à la lumière de la lune un peu comme si c’était en plein jour mais avec des étoiles en prime.

Savez-vous comment photographier la nuit?

Premierement, un trépied est obligatoire. Ensuite, une pause longue infèrieure à 13 secondes pour éviter le mouvement des étoiles. Et oui, la terre tourne et au delà de 13 secondes, ça devient visible sur vos photos. J’utilise le retardateur 2 secondes pour ne pas faire bouger l’appareil lorsque je déclenche. En terme d’ouverture, je choisis la plus grande possible, ici F3.5 puis je règle la mise au point en manuel sur l’infini. Parfois je choisis une étoile et grâce au liveview, je fais la mise au point dessus en zoomant 10x dedans pour un maximum de précision. Et voilà.

photo nuit Aulp bivouac
photo nuit Aulp bivouac

Départ de la rando à la fraîche!

Réveil réglé pour 5h30 avec un départ à 6h. Le temps de tout ranger et de prendre le petit déjeuner nous partirons finalement à 6h30. Le soleil est déjà levé mais la montée par le versant ouest se fera à l’ombre. Nous retrouverons le soleil une fois au sommet. La montée se fait bien, assez facilement avec des paliers. Le palier principal se trouve au niveau du refuge de La Tournette aussi appelé Blonay Dufour. Il a été fermé en 2009.

sunrise Aulp bivouac
refuge de la tournette

Direction le sommet!

La montée se fait bien! Pas trop de pauses nécessaires pour arriver au sommet. On a croisé quelques bouquetins sur la montée. Principalement des mères et leurs bébés. C’est impressionant comme ces animaux sont à l’aise sur n’importe quel type de pente et ce dés le plus jeune âge.

rando la tournette annecy
rando la tournette annecy
rando la tournette annecy

Arrivée au sommet de La Tournette!

Et nous voilà enfin au soleil! Après 2h de montée nous découvrons la vue à 360° que nous offre le sommet de La Tournette. D’un côté Annecy, de l’autre la Mont Blanc. Au sud, le massif des Bauges. Les quelques nuages présent donnent une atmosphère assez particulière et parfaite pour les photos!

Malgré la dernière partie faite d’escalade à l’aide de chaînes et d’échelles, mon bras ne m’aura pas posé de problèmes particuliers. J’ai juste eu à m’adapter pour monter avec un bras.

rando la tournette annecy
Chocard a bec jaune la tournette
sommet la tournette
sommet la tournette
sommet la tournette
sommet la tournette
sommet la tournette
sommet la tournette

Un choix à faire pour la descente

Une fois au sommet, nous avons le choix de redescendre par le chemin que nous avons empruntés à l’aller ou alors faire la boucle. La boucle est bien plus longue mais en même temps… autant découvrir une nouvelle face de La Tournette! Après quelques hésitations et discussions, on décide de prendre la boucle.

Ce fût un excellent choix car les paysage de l’autre côté de La Tournette sont très différents de ceux de l’aller! Une fois redescendus au chalet du Pré Vérel, il a fallu remonter chercher les voitures au chalet de l’Aulp. Cette dernière partie était dure physiquement et mentalement. Mais on y est arrivés!! Une superbe descente avec de belles rencontres, notamment un beau bouquetin pas farouche du tout. Des plantes pleines de rosées, et enfin une dernière section trail pour aller chercher la voiture. Je recommande à tout le monde de faire cette Rando tout y est sublime!!

sommet la tournette
rando La Tournette
bouquetin La Tournette
macro fleur La Tournette

Des questions sur les photos ou la topo? Les commentaires sont là pour ça!!


Cascade de la belle inconnue

La cascade de la belle inconnue

La cascade de la belle inconnue, une cascade mystérieuse.

La cascade de la belle inconnue fait partie de ces endroits un peu cachés et pas trop connus qui les rendent un peu mysterieux. J’adore trouver des lieux comme ça que ce soit en NZ, Australie, Indonesie, Vietnam et bien entendu en France. Il y a de nombreuyses façons de trouver ce genre d’endroits et dans certains cas, surtout en Asie et NZ, pas mal de temps de recherche. Ici, c’est un ami qui en a posté une photo qui m’a donné son nom. Vous voulez en savoir plus sur cet endroit? Ça tombe bien… 

La cascade de la belle inconnue, un nom plein de mystère.

Qui était cette belle inconnue? Même en cherchant bien je n’ai pas réussi à trouver l’origine de ce nom qui existe depuis apparement bien longtemps. Le mystère restera donc entier. Cette cascade est la fin d’un parcours de canyoning de 700 mètres qui a l’air assez interessant avec un passage dans une grotte.

Cascade de la belle inconnue
Cascade de la belle inconnue

Comment y accéder?

Pour y accéder, c’est assez simple même si pas très intuitif. Tout d’abord, il faudra vous garer au parking du musée départemental de la resistance. Ensuite, longer la departementale 909 vers l’ouest, direction Annecy, jusqu’à arriver à un petit pont. Il y a des rails de sécurité en metal au niveau du petit pont, passez derrière et vous trouverez un petit chemin pas très évident partant sur la gauche entre les arbres. Une fois à l’interieur de la forêt, suivez la rivière jusqu’au sommet, ça prend 20 minutes. Vous pourrez ensuite sûrement monter plus haut en passant par la droite de la cascade mais ayant le bras en attelle, je n’ai pas essayé d’aller plus loin cette fois-ci.

Cascade de la belle inconnue

Petit bonus

En retournant au parking, si vous traversez la route pour faire face au traffic, vous trouverez un chemin qui descend vers le Fier et qui offre un point de vue assez interessant avec la riviere alignée à l’Arpettaz de Thuy. J’y retournerai d’ailleurs sûrement de nuit pour y faire des photos.

Le Fier Balme de thuy

La séance photo

Pour ce type de photos, j’utilise un filtre ND 1000 ce qui permet de faire une pause longue. C’est le même principe que pour les photos avec Stéphane Tourreau dans la vieille ville d’Annecy. La pause longue permet de créer cet effet de filé sur l’eau en additionnant chaque instant qui passe pendant le temps de l’ouverture. Ici, j’ouvre pendant 30 secondes.

J’utilise donc un trépied pour garder mon appareil stable. Je fait la mise au point manuellement avant d’installer le filtre ND et c’est parti! Le mieux étant d’utiliser une télécommande ou un retardateur pour ne pas faire bouger l’appareil lors du déclanchement.

Des questions sur ce type de photo? Les commentaires sont là pour ça!